LEXIQUE

 

L’astral n’est pas une "dimension naturelle" comme les différentes dimensions qui constituent "notre réalité".

Elle est créée par les pensées et les désirs des hommes et des femmes. Ce monde a fini par acquérir une certaine autonomie et maintenant (surtout avec la cyber génération qui vit de plus en plus dans ses pensées), l’astral est devenu une zone de transit que l’âme doit dépasser pour retourner dans les “Mondes Divins”. L’astral empêche la majorité des âmes de retourner dans les “Mondes Divins” en les enfermant dans la roue karmique. En effet, lorsqu’un humain meurt, lorsque son âme sort de son corps, elle est automatiquement tirée par le petit fil d’or qui relie l’âme à son Esprit qui est censé la ramener dans les “Mondes Divins”. Sur son chemin, elle est arrêtée dans l’astral, où on lui dit qu’elle est arrivée au paradis ou en enfer, selon ses croyances. On lui “rappelle” qu’elle a signé la Loi karmique* donc, qu’elle est obligée de se réincarner pour équilibrer son karma. Même s’il est vrai que tu as signé ce contrat, il n’a aucune valeur car le concept même du karma est en opposition totale avec toute loi qui se voudrait juste. Encore une fois, le secret, c’est que l’âme fait exactement ce qu’elle veut, mais si elle n’a aucune connaissance, si elle ne sait même pas qu’elle a le choix, elle ne peut que se mettre sous la volonté de quelque chose d’autre… Donc, elle perd sa Liberté !

C’est pour cela qu’on dit que les hommes naissent esclaves et que c’est uniquement pendant leur existence “terrestre” qu’ils peuvent se libérer. Comme nous projetons nos pensées à l’extérieur de nous-même (dans l’astral), l’image que nous avons de nous-mêmes prend forme énergétiquement dans l’astral. Elle freine, voire bloque notre évolution, car on s’identifie à elle. Nous pourrions appeler cette image “le mirage de notre ego”. Les mirages de l’ego sont substantiels, c’est-à-dire qu’ils sont fait d’une certaine substance, d’une certaines consistance qui prend une forme énergétique dans l’astral. Certains appellent cette forme, une structure. Cette projection astrale de notre ego va se juxtaposer sur nos différents corps afin que nous la confondions avec notre “soi”. Avec le temps, ces formes pensées et ces “mirages de l’ego” ont acquis une certaine autonomie. La plupart d’entre nous ont souvent 2 mirages de leur ego principaux, l’un plus positif que la réalité et l’autre plus négatif que la réalité. On image souvent cela dans les bandes dessinées par un petit ange sur une épaule et un petit diablotin sur l’autre. Le mirage de l’ego négatif est un peu comme le portrait de Dorian Gray, c. à d. qu’il est “habité” par la partie de nous qui est dans l’ombre, une partie de nous qu’on ne veut pas voir. En dehors de ces 2 structures principales, nous avons une multitude de “sous-personnalités” dont il est aussi important de prendre Conscience afin de les sortir de l’ombre.

Pour le moment, les pouvoirs créateurs des futurs humains servent à créer un monde invisible (l’astral), qui dirige ensuite nos choix importants. Le but de l’astral, c’est de pousser les futurs humains à se “recycler” (s’autodétruire) en manipulant leurs pensées et leur émotionnel ! Ils le font car ils ont peur de “mourir” si les humains s’éveillent, mais ceci est justement faux ! Vous pouvez leur expliquer (cela fait même partie de notre mission), qu’au contraire, les formes pensées vont devenir les embryons des futures âmes !

L’astral est organisé de manière très comparable au monde des futurs humains. Il y a des villes, des écoles, etc. Les habitants de l’astral ont fini par prendre conscience que nous les créons sans en avoir conscience, et que nous les nourrissons malgré nous. Ils ont ensuite fait ce que tout enfant désire un jour : s’émanciper. C’est ce qu’ils sont en train de faire en reprenant réellement le contrôle sur l’Humanité ! La nourriture principale de l’astral, c’est notre énergie. Quand on est dans un état émotionnel, notre rayonnement est décuplé. Sur cette base, ils nous ont “fabriqué” un corps astral qui vient se confondre avec notre aura (pour plus de détails : Histoire Gaïa). Ce corps astral est fait de l’image que nous avons de nous-même qui est souvent, comme le dit Proust, “une projection de la pensée des autres”.

Grâce à cette “aura astrale”, ils arrivent à contrôler la majorité de nos pensées et de nos émotions. Cette fausse “aura” a une personnalité qui est conditionnée selon des lois et des concepts très précis servant tous un même but : nous rendre le plus émotif et manipulable possible afin que nous donnions un maximum d’attention (donc d’énergie) à cette enveloppe astrale. Ces programmations sont réunies sous l’appellation mensongère “culture patriarcale”. La Clef t’aide à discerner ce qui fait partie de ce faux toi “astralé” et ce qui fait partie de ce que tu es vraiment, de ce qui est éternel en toi ! Ainsi, celui qui veut être libre doit comprendre que tout ce qui en lui est en harmonie avec la culture sado-maso patriarcale n’a rien à voir avec ce qu’il est en réalité !

 

 

Il existe énormément de points de vue différents sur les systèmes de chakras. En voici un de plus qui me semble être le plus proche de “la réalité”. “Chakra” est un mot Sanskrit qui signifie “la roue qui tourne”. La science des chakras est un monde en soi. Le point de vue qui va suivre est extrêmement simplifié. Je ne vais partager avec vous que ce qui me semble être le plus utile à notre vie de tous les jours. De nombreux livres et théories existent sur le sujet. À vous de trouver ceux et celles avec lesquels vous raisonnez le plus.

Les chakras sont des sortes de “turbines/filtres à énergie”. En les activant, on se connecte sur tel ou tel type d’énergie qui représente l’une des caractéristiques de l’Univers. Certains appellent ces 7/8 types d’énergie différents les 7/8 rayons. Chacun de ces chakras peut être activé et correspond à un son, à une note de musique, à une couleur, à un minéral, à une fréquence et à l’une des 7 planètes de notre système solaire. Mais ce qui influence le plus nos chakras, c’est notre propre attention. Dans le corps humain, l’énergie circule au travers des “nadis” qui sont des véritables autoroutes énergétiques. Les chakras font “tourner” l’énergie et peuvent aussi l’emmagasiner. Par exemple, ces chakras peuvent produire plus d’énergie, grâce aux sons (ils ont chacun une fréquence qui les fait vibrer), ou grâce à une couleur (chaque chakra ayant une couleur qui le fait tourner), certains mouvements ou positions (yoga). Pour bien faire, nos chakras doivent “produire” de l’énergie d’une manière égale les uns par rapport aux autres. Cependant, la plupart d’entre nous ont des chakras bloqués. Comme pour la qualité sonore d’une chaîne hi-fi, notre “qualité” énergétique globale dépendra du chakra le plus faible, celui qui tourne le moins bien. Pour certains, ce sera par exemple le chakra de la communication. Pour d’autres, celui du coeur. C’est entre autres pour cette raison que chacun d’entre nous a besoin de vivre des expériences différentes, et que ce qui est bon pour un individu ne l’est pas spécialement pour un autre.

 

 

Les étapes de “développement chakrique” pourraient être comparées à différentes matières que nous devons apprendre pour passer, l’année suivante, au niveau supérieur d’une école ou d’une université. Il est possible d’apprendre chaque jour un peu de chacune des 7/8 matières, mais une connaissance minimale pratique et théorique de chacune d’entre elles est nécessaire pour passer à un nouveau cycle qui comportera à son tour 7/8 matières différentes. Néanmoins, même s’il est possible de prendre de l’avance dans chacun des 7/8 domaines à explorer, l’évolution de tout être vers l’humain suit chacune de ces étapes dans l’ordre. Tel ou tel être sera à tel ou tel stade d’évolution chakrique. Comme entre deux demi-tons de musique, il y a un passage à vide, un passage dysharmonique entre chaque chakra. Si l’on sait cela, on peut plus facilement vivre ces périodes de vide. On sait ce qui nous arrive. Si, durant ces passages à vides, on garde à l’esprit le chakra d’où l’on vient et celui vers lequel on va, cela donne un sens à cette période de vide. D’où l’importance fondamentale de s’intéresser de près aux chakras, qui composent en quelque sorte la carte de notre évolution. Sans elle, on risque de se perdre en chemin.

 

 

 

Lorsque tu penses, ta pensée prend forme dans la sous-dimension de l’astral. On l’appelle une forme pensée.

Si on arrête d’y penser, elle disparaît, mais si on continue de la nourrir, elle prend vraiment vie dans l’astral ! Lorsque des millions de personnes prient la même icône, par exemple la Vierge Marie version Vatican, cette icône prend forme dans l’astral. Si cette forme pensée a non-stop des êtres pour la nourrir, notamment en la priant, elle va récompenser ceux qui la nourrissent par des “émotions agréables” donc addictives.

Ces formes pensées vont parfois s’allier et former un égrégore, un mouvement de formes pensées et de charges émotionnelles. La Révolution française était un égrégore très puissant. J’écris “était” car il n’y a plus beaucoup de personnes qui le nourrissent. Si plus personne ne nourrit une forme pensée, elle arrête d’exister.

Chaque religion a ses égrégores. Les religions et le système en place utilisent le concept des formes pensées et des égrégores pour manipuler le peuple au travers des mondes invisibles de l’astral. Le propre des formes pensées c’est qu’elles finissent par avoir une certaine autonomie. Il existe de nombreuses formes de vie dans l’astral, des plus libératrices pour l’espèce humaine aux plus “plombantes”, enfermantes.

Un égrégore, c’est un grand nombre de formes pensées qui se rassemblent dans un même mouvement.

L’inconscient collectif est une expression de ce monde astral. Les mouvements politiques et les religions ont des égrégores. Participer à un égrégore donne beaucoup d’énergie, mais ce sera toujours une énergie du même “état d’Esprit” (longueur d’onde) que l’égrégore qui nous a donné cette même énergie.

Lors d’un match de foot, tu peux ressentir les “effets de vagues” d’un égrégore momentané ! N’oubliez pas que la drogue principale du cerveau, ce sont les émotions ! Les vagues qu’on peut ressentir lors d’un match peuvent être très puissantes mais cela ne dure pas longtemps ! Lors d’une coupe du monde, vous allez ressentir cela de manière décuplée car cet égrégore va être entretenu pendant des semaines. Même certains qui ne s’intéressent pas au foot peuvent se faire attraper par cette vague lors des phases finales de la coupe ! Et tout d’un coup, comme en 1998 en France, l’immense majorité se retrouve pris par cette vague qui se transforme en tsunami créant des sensations euphorisantes ! C’est ce qu’on ressent aussi après les attentats, lors des manifs ou des “nuits debout”, mais comme cet élan de volonté de changement n’a pas d’identité précise, la vague retombe vite.

Pour rester “vivante”, un égrégore doit avoir une identité la plus précise possible et, bien sûr, être nourri constamment. Les égrégores patriarcaux fonctionnent souvent avec plusieurs facettes qui semblent différentes, mais qui ont le même état d’ésprit. C’est le cas pour les vagues de racisme, un égrégore global constitué par différents sous-égrégores venants de cultures différentes. Ainsi, lorsque vous êtes anti-arabes, anti-juifs, ou anti-français, vous nourrissez l’égrégore globale du rejet, ce qui, par effet-domino, renforce le racisme anti-noir ou même anti-blanc ! Le racisme est l’exemple type du virus qui arrive à bloquer la Conscience. Si ce virus est si efficace, c’est surtout car il est “powered” par la vague de l’égrégore du rejet des autres. Cette participation à ce mouvement d’énergie donne l’impression aux gens d’être forts, puissants, comme soulevés par une main invisible que certains croient “Divine” !

 

 

 

La Fleur de vie est une structure que l’on retrouve à la base de toutes les créations de la vie.

La structure entière du Cosmos est basée sur la géométrie sacrée, dont toutes les formes se retrouvent dans la Fleur de vie. “Au début était le verbe.” La création a commencé par un point, qui s’est lui même étendu en formant un cercle.

Aux quatre points cardinaux de ce cercle, un autre cercle s’est formé. En continuant dans cette logique, on arrive à “la Fleur de vie” dans laquelle on retrouve toutes les formes de la création de l’univers.

La Fleur de vie est une sorte de kaléidoscope dans laquelle la lumière joue et crée des formes. On la retrouve dans beaucoup de cultures. Pour ne donner qu’un exemple, il s’agit de la base de la structure de l’oeil humain.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

La loi du karma est en fait une loi de punition déguisée. Beaucoup de personnes ont été programmées à comprendre qu’il s’agit juste d’une loi d’action-réaction, mais s’ils utilisent leur logique, ils comprendront que la logique karmique est INJUSTE et ÉGOCENTRIQUE, surtout dans l’état actuel de l’Humanité.

La loi karmique est égocentrique car elle sous-entend qu’une seule personne serait responsable d’un seul évènement. C’est tout à fait faux et en opposition avec le fait que nous sommes tous interconnectés. L’effet papillon qui nous dit qu’un battement d’aile à Pékin peut provoquer un tremblement de terre à l’autre bout de la planète en est une belle illustration qui rend toute Loi karmique ingérable pour l’Esprit qui est censé la faire respecter ! Dans les mondes Divins, la Loi du pardon remplace la loi karmique. Si vous lisez l’histoire de Terre Gaïa, vous comprendrez aussi que c’est par la Loi karmique que les âmes sont tenues prisonnières sur Terre Gaïa. A la fois, c’est grâce à la Loi Karmique que certains humains vont finir par arriver à métaboliser leur corps physique et à le transformer en Arche d’Alliance. Ils le feront pour se libérer de cette loi karmique. En conférence, lorsque je remets en question la loi karmique, c’est fou comme cela déchaîne les passions. Cela me fait penser au syndrome de Stockholm qui explique que ceux qui sont pris en otage finissent souvent par s’accrocher et aimer leur geôlier. C’est fou tout ce que la psychée humaine invente pour échapper à ses souffrances. D’ailleurs, les bouddhistes Conscients seront d’accord avec cela. Comme le but des bouddhistes est de libérer leur âme de la roue karmique, cela sous-entend bien qu’il n’y a pas de loi karmique dans les mondes divins éternels.

La loi du karma est injuste car un être n’est JAMAIS seul responsable de son impact sur son environnement. Si, un membre d’une tribu veut violer une femme, toute la tribu est responsable de son état. Elle doit créer un environnement ou cela aura le moins de chances possibles d’arriver. Croire qu’une personne est seule responsable d’un évènement est l’une des racines du virus de la dualité. C’est de la responsabilité d’une personne et pas d’une autre, donc on refuse le concept de l’unité qui dit que nous sommes tous co-créateurs.

De plus, cette loi est mortifère car il faut toujours que celui qui a tué se fasse tuer ensuite. Cela empêche toute paix et plonge la vie des esclaves de la loi karmique dans un cercle sans fin…

 

 

La montée de la Kundalini est une montée d’énergie à logique Amour Évolutif !

C’est donc une énergie qui remet en question les choix, les croyances, les valeurs, les modes de vie et de pensée “programmés par la terreur au cours des siècles” par les religions patriarcales ! Non, ce n’est pas exagéré de dire “programmés par la terreur” ! Donc, la plupart des êtres et surtout des hommes, sont hyper mal à l’aise lors de la montée de l’énergie de la Kundalini.

Cette énergie est, d’une certaine manière, une autre version du féminin et du masculin qui rentrent en eux.

On la compare souvent à 2 serpents qui montent et qui prennent petit à petit possession de tous les corps. La majorité des hommes veulent donc TUER CES SERPENTS ! Ils veulent faire redescendre la Kundalini et pour cela… Ils éjaculent !

Les religions patriarcales ont donc, bien sûr, diabolisé les serpents. Mais si on prend mot à mot ce que dit le serpent à Eve, la leçon me semble assez claire : “Non, vous ne mourrez pas, mais dieu sait que le jour où vous en mangerez, vos yeux s’ouvriront et vous serez comme des dieux, possédant la connaissance du bonheur et du malheur”.

Bien sûr, les montées de kundalini font partie des cérémonies chamaniques réussies. Quand à ce fruit défendu, il s’agit bien sur des “petits jésus-christ” ! Je le dis comme ça, car je ne sais pas où tu en es dans la lecture du livre.

Dans l’ADN et la montée de la Kundalini, il y a 3 canaux qui sont l’équivalent du +, du - et du neutre de l’électricité. On pourrait les traduire par la logique masculine, T, la logique féminine R et le neutre (prise de terre) qui est en fait la Conscience.

 

 

Que tu sois athée ou croyant, sache qu’il n’y a aucune liberté sans méditation. La méditation est nécessaire car notre intellect a besoin d’être “apprivoisé” comme il faut le faire avec les chevaux sauvages.

Selon le dictionnaire, l’une des définitions de “méditer” est “approfondir”. Approfondir chaque pensée pour qu’elle ne vienne plus “tourner” dans notre tête. Il est important ici de préciser que le but de cette démarche n’est pas d’arrêter de penser. La pensée est un outil fantastique qui nous permet d’accéder à l’état “d’être humain”. Le but est de penser un peu moins, afin de penser beaucoup plus juste. D’ailleurs, “méditer” vient du latin “meditari”, qui signifie entre autres “se préparer à quelque chose”. Se préparer à vivre le moment présent. Se préparer à penser.

La méditation classique est aujourd’hui enseignée dans des universités comme Harvard, dans des sections aussi diverses que le droit ou le business. Quant à la méditation approfondie, elle est beaucoup moins répandue. C’est tout à fait normal, vu la logique de notre monde actuel. Bien que la méditation classique nous apprenne à mieux “voir” et “sentir” le monde tel qu’il est, c’est dans la méditation approfondie ou “méditation véritable” que réside l’aspect le plus subversif de toute la démarche. Je dis “subversif” car il s’agit de l’une des clefs qui nous libérera de notre esclavage mental, dont nous n’avons souvent pas conscience. “Subversif” veut dire “susceptible de déstabiliser les institutions, l’ordre établi”.

Comprendre le fonctionnement de notre corps et de notre esprit est l’un des buts de ce que certains appellent la méditation véritable, qui est en quelque sorte l’étape qui suit “la méditation classique”. Certains ne seront pas d’accord avec moi. Ils diront que la méditation est tout le contraire, qu’elle sert à se vider l’esprit. C’est en partie vrai. Mais il ne s’agit que d’une étape intermédiaire entre “l’approfondissement de nos pensées” et “l’auto-apprentissage de notre propre fonctionnement.”

Je maintiens que le but de la méditation véritable (comme le décrit si bien Robert Linssen dans son livre La méditation véritable, que je vous conseille fortement) est de saisir l’essence même de notre être. Apprendre à se voir penser n’est qu’une première étape. Nous pouvons ensuite comprendre de l’intérieur comment apparaissent et disparaissent nos émotions, comment nous nous conditionnons.

Cela nous permet aussi d’approfondir notre connaissance sur la manière dont nous sommes interconnectés avec toutes choses. On apprend ainsi à mieux se connaître, ce qui amène inévitablement à une profonde remise en question. C’est peut être précisément à cause de ce dernier point que beaucoup de personnes se limitent à la méditation classique. C’est fou toutes les excuses que l’ego s’invente pour ne pas se remettre en question.

Durant l’Inquisition, ceux qui pratiquaient “la méditation véritable” étaient considérés comme hérétiques et brûlés vifs. S’ils reconnaissaient qu’ils avaient fait un pacte avec le Diable, leurs juges étaient plus cléments. Ils leur tranchaient la gorge ou leur coupaient la tête. Au lieu de se centrer sur lui-même, on a obligé le peuple a prier des “êtres extérieurs invisibles” et à se considérer comme inférieur n’ayant pas grand chose à dire ! Le label “méditation” a été mis à la sauce “patriarcale”, comme c’est le cas avec le chamanisme, le tantra etc. Chaque fois la démarche est la même : enlever ce qui permet la guérison de l’âme et de la Conscience.

La conscience fut nommée “l’information de l’information” (Guenther, 1966) et se caractérise par de nouvelles connexions parmi les différentes informations expérimentées. La conscience est similaire à une super réponse immunitaire non spécifique.

L’acquisition de la conscience par une espèce ne présente aucune limite évolutionnaire. Le degré de facilité d’adaptation que l’acquisition de conscience confère à l’individu ou à l’espèce dans laquelle il réside est illimité.

Terence Mac Kenna

Ici, je voudrais vous expliquer les effets que produisent “la méditation classique” et “la méditation approfondie”.

Une fois ces informations intégrées, vous serez libre de méditer ou pas, et si vous vous lancez dans cette aventure fantastique, vous serez capable de choisir, voire de créer votre propre système de méditation. Si je me limitais à vous donner une technique sans vous en expliquer les tenants et les aboutissants, je vous demanderais de suivre un dogme. Bien au contraire, ce que je vous propose, c’est la liberté. La liberté de pouvoir choisir. Mais pour cela, il faut d’abord apprendre. Sinon, vous n’êtes que libre de choisir entre ce que vous connaissez et ce que vous connaissez, ce qui n’est absolument pas la liberté.

Ce que j’appelle la “méditation classique”, c’est entre autre le fait de se concentrer sur un de ses sens, afin de reposer la partie logique de son cerveau. Nous méditons tous de cette manière, tous les jours, sans le savoir, et nombreuses sont les personnes (surtout celles vivant dans la nature) qui n’ont pas besoin de “méditations formelles”, car elles sont assez équilibrées. Certains relaxent leur mental en jouant de la musique, en peignant, en sculptant, ou encore en jardinant. D’autres le font en faisant l’amour, en pratiquant un sport, ou en regardant un tableau. Nous avons chacun nos petits trucs. Si on ne relâchait pas notre mental de temps en temps, on “deviendrait fou”. J’utilise les guillemets, car c’est un peu ce qui est en train d’arriver à la plupart des habitants de notre planète. Ils ne relâchent pas assez leur mental et tout devient de plus en plus fou. Quand on repose la partie mentale de son cerveau, elle se relaxe comme un muscle pour fonctionner mieux ensuite. Mais attention, il ne suffit pas de pratiquer l’une des activités énoncées ci-dessus pour calmer son organe mental. Il faut le faire avec concentration. Beaucoup de personnes pensent en faisant l’amour, en peignant ou en jardinant. Cela n’est bien sûr pas mauvais en soi, si on s’en sert pour se vider de pensées obsédantes et qu’ensuite, on relaxe son mental comme expliqué ci-dessous. Ceux qui ne pratiquent pas une activité relaxante pour le mental ont besoin de beaucoup plus dormir. De cette manière, ils relaxent leur organe mental et se connectent à l’énergie en dormant.

Un des grands paradoxes de notre culture, c’est qu’on ne s’aménage pas de moments pour “penser”. Alors, on pense en roulant en voiture, en mangeant, en faisant l’amour, mais… y a un bug, non ? Si on s’aménage des moments pour penser, il y a moins de pensées qui font la queue devant l’écran de notre conscience et on pense moins… Et donc on a plus de moments pendant lesquels on est vraiment présent, pendant lesquels on “sort de sa tête” !

Ces “petits moments” nous connectent aux mondes des innombrables possibilités, au WIFI bio intérieur, à l’inspiration de la création, à un Amour évolutif bref, à la Conscience.

Voici comment je pratique la méditation. Je passe d’abord par une étape de méditation classique pour arriver à petit à petit arriver à la méditation approfondie. Je m’isole dans un coin tranquille. J’évite les endroits dans lesquels je dors ou je travaille. Un espace rempli d’une énergie apaisante et neutre est idéal. J’évite au maximum la proximité de tout matériel électrique. Si je dois mettre des vêtements, je les choisis les plus larges et confortables possibles. Je m’installe dans une position dans laquelle je peux être détendu. Il est important d’avoir la colonne vertébrale la plus droite possible. Souvent, je commence à m’installer en position de lotus. Mais plus ou moins rapidement, dès que j’en ai assez, je me couche sur le dos, ou je prends une autre position qui me plaît. Ce qui compte, c’est que chacun trouve sa position idéale afin d’être le plus décontracté possible. Je me concentre ensuite sur ma respiration. Je suis littéralement le cheminement de mon souffle à l’intérieur de mon corps. À la fin de chaque inspiration et de chaque expiration, je décontracte mon corps de bas en haut.

Cependant, je n’arrive pas longtemps à rester concentré. Des pensées non-résolues viennent troubler ma concentration, sans parfois même que je m’en rende compte. Ma technique est d’aller au bout de chaque pensée. Par exemple, je déciderai une fois pour toutes de ce que je vais dire à ma petite amie lorsque je la reverrai. Je peux même m’aider d’un papier afin que cela puisse quitter ma mémoire. Ensuite, je me reconcentre sur le cheminement de ma respiration. Mais bien vite, une autre pensée va se présenter. Par exemple, une idée à mettre dans le livre que vous avez entre les mains. Je l’inscris afin qu’elle ne vienne plus me troubler et ensuite, je la laisse partir tel un ballon que j’aurais lâché. En persévérant dans cette voie, de moins en moins de pensées obsédantes se présenteront à moi et feront la file devant l’écran de ma conscience. Si certaines reviennent, je m’explique à moi-même (mon Soi parle à mon Moi) que j’y ai déjà réfléchi et que je peux la laisser partir. Si cela ne suffit pas, je me requestionne à son sujet. Je me demande pourquoi cette pensée ressurgit. Existent-ils des éléments ou points de vue que je n’ai pas pris en considération? J’essaye de trouver des arguments qui vont à l’encontre de ce que j’ai décidé. Mais surtout, j’évite de repousser cette idée avec force. Cela ne sert à rien. Si je rejette une pensée ou une émotion avec une force X, elle me reviendra tel un boomerang avec une force X+1. Par “X+1”, je veux dire que cette pensée ou cette émotion me reviendra toujours d’une manière plus intense que la fois précédente.

En agissant de la sorte, la quantité des pensées non-résolues qui font la file afin d’être “traitées” diminue rapidement. Avez-vous déjà remarqué que la majorité des pensées qui nous encombrent toute la journée sont presque toujours les mêmes ? Bien sûr, d’autres pensées se présentent devant l’écran de ma conscience. Mais je découvre alors avec plaisir que ce sont d’autres pensées. Je peux alors penser à autre chose. Me poser de nouvelles questions. J’explore ainsi de nouveaux domaines et j’accélère mon évolution. Petit à petit, le temps entre deux pensées s’agrandit. À chaque expiration, je peux me décontracter de plus en plus, et bien souvent, découvrir des tensions dans mon corps que je n’avais jamais senties auparavant. Relâcher ces tensions me permet de récupérer de l’énergie.

En plus des bienfaits énergétiques et reposants de la méditation, vous expérimenterez que, soudainement, l’essentiel de votre vie peut apparaître sous vos yeux ! Peut-être allez-vous découvrir que vous devez changer de métier, ou que vous n’êtes pas un aussi bon père que vous le pensez. Peut-être aussi réaliserez-vous que vous vous plaignez pour rien, car votre vie est géniale, et que vous êtes entouré de gens qui vous aiment et que vous aimez. C’est dans l’espace entre deux pensées que vous pénétrerez dans le royaume de la méditation véritable. Vous serez tellement présent et connecté à votre instinct, que vous sentirez à quel point vos émotions influencent votre vision de la réalité. Petit à petit, vous mettrez en évidence des patterns comportementaux dont vous étiez la victime inconsciente. Et un beau jour, vous trouverez les sources de ce pattern.

Au début, cela prendra peut-être un peu de temps. Mais une fois que vous aurez compris, ou plutôt, senti certains mécanismes de base, vos découvertes s’enchaîneront. Vous aussi, vous rentrerez dans de nouveaux domaines de connaissance, dans de nouvelles dimensions, dans lesquels vous rencontrerez de moins en moins de questions et de plus en plus de réponses. La méditation quotidienne diminue considérablement vos chances de tomber malade ou de faire des maladies nerveuses. Elle favorise l’étude, diminue la quantité de sommeil nécessaire, ainsi que vos besoins alimentaires. Méditer avant de se coucher procure un sommeil beaucoup plus réparateur.

Je rajouterai encore un mot au sujet de la position. Je vous ai dit qu’il n’était pas forcé de prendre la position du lotus. C’est vrai. Néanmoins, il s’agit d’une position très efficace, pour peu que l’on arrive à la prendre d’une manière détendue. Elle permet en effet au souffle et à l’énergie de nous pénétrer d’une manière optimale.

Et puis si comme moi, vous avez difficile à le faire tous les jours, faites-le au moins 5 minutes le matin et 5 minutes avant de vous coucher. C’est pas grand chose et ça peut faire l’effet d’une petite bougie dans une grotte noire. Ca éclairera quand même !

Cliquez Ici pour lire l'Article essentiel sur la Méditation!

 

 

 

Il faut “aspirer ses cellules” : “L’inspiration Cellulaire.” Quand on inspire, on est inspiré !

Tu dois inspirer ce qu’il y a dans l’infiniment petit de ton corps physique, au niveau quantique de chacune de tes cellules, avec la Conscience que chacune d’elles recèle la force d’une centrale atomique. L’infiniment petit de l’intérieur de nos cellules est en fait un gigantesque aéroport contenant des portes vers les autres dimensions où toute l’énergie de la création est disponible. Mais pour atteindre “nos cellules”, on doit souvent passer par nos marais émotionnels où il faut donner la parole à nos monstres intérieurs. Une fois qu’on leur donne la parole, et qu’on prend en compte ce qu’ils ont à nous dire, alors ces monstres se transformeront en magiciens et magiciennes. Et les femmes version “Vierge Marie vatican” se transformeront en femmes version “Vierge Marie Madeleine”.

Et je répète cette citation d’une messie qui s’ignorait : “On ne naît pas femme, on le devient !” Simone de Beauvoir.

L’idée de base est de visualiser que vous respirez à partir de votre aura vers l’intérieur de vous-même, vers l’infiniment petit. A l’inspire et à l’expire vous envoyez l’attention vers l’intérieur de vos corps. En même temps, vous visualisez l’énergie qui vient de vos cellules qui rayonne vers l’extérieur de vos corps. Bien sûr, pour arriver à ce que cela soit vraiment efficace, il est nécessaire d’avoir nettoyé au maximum vos bobos intérieurs. Tout est question de mesure, et vous pouvez déjà commencer sans cela; cependant, plus vous aurez avancé dans votre guérison émotionnelle intérieure, plus cela sera efficace. Si vous sentez des petites douleurs à certains endroits, cela peut provenir d’endroits dans votre corps où l’énergie ne passe pas bien. En général, lorsqu’on était petit et lors d’expériences comme celle d’une grande douleur, d’une grande peur ou d’une grande tension, on a crispé certaines parties de son corps et cela rend difficile le passage de l’énergie. Lorsque l’énergie stagne, elle a tendance à pourrir, un peu comme c’est le cas avec l’eau. Vous pouvez masser ce point en respirant profondément.

Lorsque je fais des voyages inter-dimensionnels et que je me retrouve face à un obstacle, je le fixe avec mon troisième oeil et je respire de la sorte. Jusqu’ici, quasi jamais rien n’y a résisté.

 

 

Comment notre corps se nourrit-il ?

Une grande partie de nos aliments se transforment en glucose dans notre sang. Il est véhiculé par le sang qui le transporte vers les différentes cellules et surtout vers le cerveau. On appelle souvent le glucose, le sucre du sang. Le glucose est tellement important pour le cerveau que, si celui-ci est privé de glucose ne fut-ce que quelques instants, il arrête de fonctionner. Si cela dure, le cerveau peut subir des dommages irrémédiables. Si cela continue, on tombe dans le coma et puis on meurt ! Tout cela pour dire à quel point le glucose est important. Le taux de glucose dans le sang doit être constant, c’est-à-dire 1g par litre. Ainsi, notre organisme possède un système très efficace de régulation. La vitesse avec laquelle le sucre des aliments est transformé en glucose est très importante.

Seule une transformation lente des aliments en glucose accompagnée de l’absorption de nombreux autres éléments est sans danger pour notre corps.” Le mal du sucre - Danièle Starenkyj - Edition Orion.

Les sucres que l’on trouve dans des aliments comme les céréales, les fruits et les légumes sont transformés lentement en glucose. Les sucres que l’on trouve notamment dans l’alcool, les sucres blancs et les farines blanches sont trop rapidement transformés en glucose dans le sang. La raison en est simple. On a enlevé certaines fibres et certains éléments essentiels.

Dès lors, selon William Dufty, “le sucre ajouté n’est pas digéré dans la bouche ou dans l’estomac mais passe directement dans les intestins et de là dans le sang”.

Un problème supplémentaire est causé par ce que l’on appelle les sucres ajoutés. Je fais référence à la saccharose (sucre blanc et sucre de canne) ainsi qu’à tous les remplaçants de ces sucres. Ces sucres ajoutés apportent trop de sucres (glucose) au corps. Si le taux de glucose dans le sang est trop haut, le cerveau envoie un signal, à travers l’hypophyse, afin que le pancréas secrète de l’insuline qui va enlever le glucose du sang et le stocker dans le foie ou dans les muscles. Si ce dernier reste longtemps dans les tissus, il sera plus tard transformé en graisse. Si le taux de glucose dans le sang est trop bas, le cerveau envoie un signal à travers l’hypophyse, afin que les glandes surrénales secrètent de l’adrénaline qui va libérer le glucose stocké dans le foie. Si cela n’est pas suffisant, il va libérer une partie du glucose qui est dans les muscles.

Il faut bien comprendre que quand on est en situation d’hypoglycémie, notre corps sent qu’il est en danger, car il n’a pas assez d’aliments. Cela nous reconnecte avec nos pulsions animales (premier chakra), à l’époque où notre corps nous envoyait de l’adrénaline pour pouvoir chasser efficacement lorsqu’il avait faim. Cela explique pourquoi on peut être subitement irascible, hyper sensible, facilement irritable.

Lorsqu’on mange par exemple deux cuillères à café de confiture faite avec du sucre blanc, notre cerveau déclenche la sonnette d’alarme car il reçoit rapidement une quantité de glucose qui est néfaste pour lui ainsi que pour toutes les cellules du corps. Il va demander au pancréas de secréter de l’insuline qui va enlever le glucose du sang et le stocker dans le foie ou dans les muscles. Comme ce sucre ajouté s’est déversé rapidement dans le sang, deux heures après, le corps va se retrouver en manque de sucre. Ce ne serait pas le cas si on avait mangé des sucres lents qui se seraient déversés lentement dans le sang.

Le bon réflexe serait alors de manger un fruit, ce qui nous retaperait. Seulement beaucoup de gens vont remanger du sucre ajouté (ou raffiné), ce qui va donner un coup de fouet momentané et provoquer une rechute énergétique quelques heures plus tard. On crée alors un cercle vicieux. De plus, lorsqu’on n’a plus assez de glucose dans le sang, le cerveau va donner l’ordre d’envoyer de l’adrénaline qui va libérer le glucose stocké dans le foie. Vu que la majorité des gens mangent des produits raffinés et des sucres ajoutés, leur cerveau va passer sa journée à envoyer, tantôt de l’adrénaline pour augmenter le taux de glucose dans le sang et tantôt de l’insuline, afin de faire baisser ce même taux de glucose. Nous passons alors par des stades d’hypoglycémie et de diabète. Le diabète, c’est lorsqu’il y a trop peu d’insuline dans le sang. L’hypoglycémie, c’est lorsqu’il n’y a pas assez de glucose dans le sang. Nous en arrivons au plus important, car tout ceci concerne notre bien-être, notre équilibre émotionnel et notre santé mentale. Comprenez bien que le glucose est la nourriture exclusive de notre cerveau.

Chacun de nos sentiments dépend directement du taux de glucose dans le sang. Ainsi un être qui manque de glucose ou qui a trop de glucose dans le sang peut avoir des comportements qui peuvent commencer par la déprime, passer par la mauvaise humeur, aboutir à la haine et à des crises où l’être n’a plus vraiment le contrôle de ce qu’il fait.

Vécu de l’intérieur, cela peut paraître comme des moments de folie pure. Déprime et euphorie dans la même journée sont habituelles chez les déséquilibrés en glucose. Ainsi, l’effet bombe de ce que je vous raconte ne réside pas dans le fait que les sucres ajoutés et/ ou blancs sont très nocifs pour la santé. Cela on le savait depuis longtemps. Le fait que tant de médecins nient ce processus est souvent dû à leur propre dépendance à ces substances.

Le scoop réside dans le fait que le sucre influence de manière négative notre bien être, fausse notre système de perception, bref qu’il s’agit d’une drogue aux effets très pervers, notamment car on ne se rend pas compte qu’il s’agit d’une drogue.

Selon Starenkyj : “L’histoire de la folie est en train de s’écrire, étrangement parallèle à celle du sucre”. Elle cite Dufty William : “Aujourd’hui, les pionniers de la psychiatrie ortho-moléculaire, tels que les docteurs A Hoffer, Allan Cott, A Cheraskin et Linus Pauling ont confirmé que la maladie mentale est un mythe et que les désordres émotifs peuvent tout simplement n’être que les premiers symptômes de l’incapacité évidente du système humain à supporter le stress de la dépendance du sucre”. Dufty William - Le sucre, cet ami qui vous veut du mal - Edition Guy Trédaniel

Cliquez Ici pour lire l'Article essentiel sur les Secrets de l'Alimentation!

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
illu E.Toussaint

Contact

 key888@gmx.com